Suicide et mort de l’égo

Il y a quelques jours de cela, voici que nous apprenons le suicide d’une « star », une de plus.

Une carrière, du succès, de l’amour, de l’argent et pourtant rien ni fait: nous revenons toujours à l’essentiel.

Certains sont tristes, d’autres s’en fichent, mais la vie et la mort de cet artiste nous montrent à quel point il est important de rester aux sources, et non comme Icare, de s’envoler trop haut. Et je ne parle pas ici de lui en personne, mais du soi que nous partageons tous.

Certes, même si la vie et la mort ne sont qu’une illusion, pour le commun des mortels ce n’en est pas le cas. L’esprit matérialiste s’est focalisé sur la matière, sur le temps, sur une photo. Tel un bug informatique, l’humanité reste là figée, à ne plus pouvoir bouger. Nous entendons hurler, crier, pleurer, o mon Dieu la Mort est partout et que la vie est difficile. Pourtant, il suffit de se réveiller, ou plutôt dirais-je, de ne pas s’endormir, pour réaliser qui nous somme vraiment: la conscience universelle unie, qui jamais ne nait ou ne périt. 

Ce suicide, comme tous les autres, ce n’est pas une vraiment une mort mais plutôt une fuite de l’égo. Une vie de mensonges devient parfois tellement insupportable,  que l’égo ne trouve pas d’autres moyens que de tout saboter. Il préfère en finir physiquement que de s’avouer vaincu, tel les Américains provoquant des guerres intentionnellement face à un impérialisme décadent. Cela est un tout autre sujet, mais nous pouvons aisément comprendre les mécaniques et les souffrances du monde lorsque l’on se connait soi.

 

Mais comment faire ?

 

Peut-être pourrions nous commencer par vivre le moment présent, dans l’instant, Être. C’est à dire sortir de ce mental toujours projeté vers le futur ou coincé dans le passé. Pour vivre, il suffit d’être et de découvrir que nous sommes la vie. Il n y a pas de “vie” en soi, de “ma vie”. Je suis là vie, et il est même plus juste de dire “je est la vie”.

 

Ces vérités, nous les découvrons par l’introspection, la méditation, la connexion avec nous même dans le silence intérieur. Apprendre à méditerest donc une clef fondamental à cette recherche de l’essentiel car les illusions sont nombreuses. Combien de soi-disant ” êtres spirituels” je rencontre qui se cachent derrière leurs acquis, leur confort, leur sourire. Ils vivent dans un “zen environnemental”, encore plus illusoire car construit de pseudo-vérités. Mais tout change, tout. Alors un jour plus aucun arbre n’est là pour cacher leur nudité et ils se retrouvent nus devant le Tout Puissant. C’est alors dans un ultime espoir qu’ils se pendent en vain sur l’arbre du pêché, faute d’avoir trouvé celui de la connaissance.

 

Méditer est souvent entendu comme une technique mais c’est notre nature fondamentale. Le processus est donc très simple: apprendre à être et à ne pas penser, sans étiquette, sans concept, sand loi ni dogme. Tel des nouveaux nés heureux et fascinés, mais avec une conscience beaucoup plus large du monde. En “méditant”, nous restons prêt de la source et laissons ainsi la vie nous mener, et non l’inverse. Tout devient facile, léger et naturel. Prenons donc le temps de rester chaque jour sur cette méditation, pour ne pas construire des chateaux de cartes qui s’envoleront au premier coup de vent….